Conte français: “La chèvre de Monsieur Seguin”

PREMIÈRE  PARTIE
Monsieur Seguin, un vieux paysan, habite en Provence. Il adore les animaux mais, malheureusement, il n´a pas de chance  avec ses chèvres. En effet, elles meurent toutes de la même  manière: elles cassent leur corde, s´enfuient dans la montagne  et  là-haut, le loup les mange. Rien ne retient les chèvres: ni les caresses de leur maître, ni la peur du loup!
Monsieur Seguin est très triste: il a déjà  perdu six chèvres. “Que faire?  Pense-t-il. Les chèvres sont trop indépendantes et elles s´ennuient chez  moi!” 
Cependant, il ne se décourage pas  et décide d´acheter une septième chèvre. “Cette fois, se dit-il, je vais la prendre très jeune pour qu ´elle s´habitue à rester chez moi”.
Le paysan  achète une nouvelle chèvre et l ´installe dans son jardin. Là, il l´attache à un piquet en bois avec une très longue corde pour lui laisser beaucoup de liberté.
Monsieur Seguin adore regarder sa chèvre, qu´il appelle Blanquette.
“Ah! Qu´elle est jolie ma Blanquette avec ses petites cornes, ses beaux  sabots  noirs et  ses longs poils  blancs!  Et  comme  elle  semble contente! Elle ne s´ennuie pas ici!”
En effet, Blanquette est très heureuse: le vieux paysan est gentil avec elle et l´herbe du jardin est  excellente.
Un jour, cependant, la chèvre  regarde  la  montagne  et  se  dit: “Comme on doit être bien  là-haut! Je ne veux plus être attachée, je veux courir dans les prés.”
À partir de ce jour-là, Blanquette devient  très  triste  et  refuse  de  manger. Toute la journée, elle tire  sur  sa corde en direction de la montagne. Un matin, elle  dit  à  Monsieur Seguin:
-Monsieur  Seguin, laissez-moi  partir, s´il  vous  plaît!
-Ah, toi  aussi, Blanquette, tu  veux  me quitter?  Pourquoi? L´ herbe du jardin n ´est  pas assez bonne?  La  corde  est trop courte?
-Non, ce n´est pas ça, répond la chèvre. Je veux aller dans la montagne.
-Mais il  y  a  le loup  dans la montagne!  s´exclame le vieux paysan. Il va te dévorer, comme il  a  dévoré  la vieille Renaude. Ah , la pauvre!  Elle  s´est  battue avec lui  toute la nuit…
Mais Blanquette est très têtue  et l´histoire  de la Renaude ne l´effraie  pas.
-Moi, je n´ai pas  peur du loup!  Dit la chèvre. S´il  vous plaît, Monsieur  Seguin, laissez-moi  aller  dans la montagne!
Monsieur Seguin  est  très triste. “Encore une chèvre que le loup va manger” pense-t-il. Soudain, il se lève et crie  à Blanquette:
-Eh  bien, non! Le loup  ne va pas te manger parce que je vais t´enfermer  dans  l´étable et tu ne pourras pas te sauver!


DEUXIÈME  PARTIE
Monsieur Seguin  enferme Blanquette dans l´étable. Malheureusement, dans l´agitation, il a oublié de fermer  la fenêtre… Une fois le paysan parti, la chèvre s´échappe  et va  dans  la montagne. Quand elle arrive   tout en haut, les arbres et les fleurs sont émerveillés  devant cette jolie petite chèvre.
-C´est la première fois que nous voyons une petite chèvre aussi adorable! s´exclament  les vieux sapins.
Toute la montagne fête l´arrivée de Blanquette. Les châtaigniers  se baissent pour la caresser et les fleurs s´ouvrent  sur son passage pour libérer leur parfum. On la reçoit comme une  véritable  reine. Comme Blanquette est heureuse!  Plus de corde  ni de piquet!
-Ici, je peux courir comme je veux, crie-t-elle, et manger toute l´herbe que je désire! Et puis, l´herbe de la montagne est vraiment  délicieuse! Je la préfère à l´herbe  du jardin de Monsieur Seguin!
Blanquette  est très contente: elle saute de rocher en rocher, se roule dans les feuilles, court dans le bois et traverse de grands torrents. C´est la première fois qu´elle s´amuse autant!
À un momento donné, elle se repose un peu et elle aperçoit la maison de Monsieur Seguin en bas, tout en bas dans la plaine.
“Que c´est petit!” pense-t-elle. “Je ne sais pas comment  j´ai fait pour rester  dans un jardin aussi minuscule!”
Blanquette  se met  à rire, puis elle recommence  à jouer. Elle passe la journée  à courir  entre les arbres, à  manger  de délicieuses fleurs sauvages  et  à se baigner dans le torrent. Soudain, le vent se lève  et la montagne  devient violette:  le soir est arrivé.
“Déja!”  s´exclame la petite chèvre. “Je me suis beaucoup amusé et je n´ai pas vu  le temps passer!”
Elle regarde alors en bas, tout en bas dans la plaine, et elle aperçoit la maison de Monsieur Seguin qui disparaît dans le brouillard. Elle entend ensuite un troupeau qui rentre à l´étable et elle se  sent triste. Blanquette  se sent très seule…   Tout à coup, un hurlement la fait sursauter…
“Le loup!” pense-t-elle. Je me suis amusée  toute la journée et j´ai oublié le loup ¡”
Au même moment, elle entend le bruit  d´une  trompe. C´est monsieu r Seguin qui essaie de faire revenir Blanquette.
-Hou! Hou!  Fait le loup.
-Reviens! Reviens! Crie la trompe.
Blanquette veut retourner chez Monsieur Seguin, mais elle se rappelle le piquet, la corde et le petit jardin. Maintenant, elle connaît la liberté et elle sait qu´elle ne peut plus vivre en captivité.Elle  décide donc de rester dans la montagne. Soudain, elle entend un bruit derrière elle. Elle se retourne et voit dans l´ombre deux oreilles courtes et droites et deux yeux qui brillent…  C´est le loup.
Énorme et terrifiant, le loup regarde Blanquette. Il prend son temps: il sait qu´il va  manger  la petite chèvre de Monsieur Seguin.
Blanquette a peur. Elle regarde à droite et à gauche,affolée. Que faire? Le loup commence à rire méchamment.
“Je préfère que le loup me mange tout de suite” se dit-elle.
Mais elle se rappelle l´histoire de la vieille Renaude qui s´est battue toute la nuit. Blanquette sait qu ´elle ne peut pas gagner le combat, mais elle décide de se battre. “Je vais me battre avec mes cornes, se dit-elle, commme une brave  chèvre de Monsieur Seguin que je suis!”. En réalité, elle espère seulement une chose: résister aussi lontemps que la Renaude…
Soudain, le loup attaque  Blanquette qui se défend de toutes ses forces. Blanquette est une chèvre tenace et courageuse. De temps en temps, elle regarde les étoiles danser dans le ciel et elle pensé: “Je dois résister jusqu´à  l´aube, comme la pauvre Renaude…”
Les unes après les autres, les étoiles s´éteignent. Blanquette multiplie alors les coups de corne et le loup, les coups de dent…  Au loin, dans la vallée, on entend le chant du coq, puis une pâle lumière se lève à l´horizon.
“Le jour est enfin arrivé!” pensé Blanquette. “Je peux mourir, maintenant…”

La pauvre bête s´allonge alors dans l´herbe. Sa belle fourrure blanche est  tachée  de sang… Le loup reprend haleine, puis il se jette sur la petite chèvre et la mange…

No hay comentarios:

Publicar un comentario